02 31 79 61 61

Identité

Nombre d’habitants (RGP08) : 32
Superficie de la commune : 370 ha
Nom du Maire : Daniel SIMON
Adresse Mairie : 14 220 Angoville

Tél : 02.31.78.30.67

Horaires d’ouverture de la mairie : 9h à 11h du lundi au vendredi et samedi matin une fois sur deux en Mairie de Cesny Bois Halbout

Permanence du Maire à Cesny les 1er et 3ème samedi de chaque mois.

Horaires d’ouverture : mardi et jeudi de 16h00 à 18h00 – mercredi de 10h00 à 12h00

Permanence du Maire : en attente d’information

Tél. : 02.31.78.31.05

Situation géographique

Commune de la Suisse Normande, Angoville se situe au sud du canton de Thury Harcourt, (chef-lieu de canton)

Curiosités

Le village compte pas mal de points touristiques du moyen âge:

Une église du XIIème siècle,  l’Eglise Saint Anne, avec un cimetière accueillant des tombes du XVIIème siècle, dont celles de la famille RABACHE père en fils repose en paix. Plusieurs maires sont issus de cette famille.

Un lavoir du moyen âge, dans le bois d’ANGOVILLE dit de Saint Clair, où se situait un château sur la motte féodale de Rouvrou. Ce château possédait des passages souterrains communiquant avec les châteaux de MARTAINVILLE et de SAINT GERMAIN LANGOT. Il n’en reste plus que les Douves envahies par la nature.

Une fontaine appelée Sainte Anne de 1848, la mairie ancienne, le calvaire de 1927, la statue de Sainte Anne de 1957.

Trois grosses fermes datant du moyen âge: l’une a, sur le mur de la façade entre les fenêtres, du rez de chaussée et de l’étage, des sculptures d’un agneau et d’un soleil datant de Louis XIV.

Une autre grande ferme avec ses granges date du XVIIème siècle.

Une dernière ferme située sur le lieu dit Glatigny date du XVIIème siècle,  en ruine aujourd’hui. Au moyen âge se trouvait un presbytère, près de l’église, qui est aussi en ruine.
Avant la construction de la mairie, il existait deux annexes à la ferme avec des sculptures de l’époque Louis XIV.

Historique

L’activité principale de la commune au 19 siècle reposait sur l’extraction de pierre calcaire (Chaussin appellation locale); cette activité a donné le nom du lieu dit “Fosse Goudier”. Un puits a été réalisé pour l’extraction du calcaire et sa cuisson pour en faire de la chaux. Il permettait, aux chevaux de s’abreuver. D’après les dires des anciens, il y avait beaucoup de tombereaux (banneaux), faisant la queue, sur la départementale D 241. On trouve des carrières, four à chaux, à ANGOVILLE, certaines on été remblayées lors du remembrement de 1982.
La commune comptait après la guerre, une dizaine de puits. Un fait marquant : la commune a été détruite au 2/3 avant la libération de 1944. Elle a reçu pour cette raison une Croix de Guerre. Après la fin de l’extraction du calcaire, ANGOVILLE continua l’agriculture notamment l’élevage et la culture des céréales. La présence de nombreuses fermes du XVIIIè siècle, concentrées dans le village témoigne de cette activité.

Angoville est restée une petite commune rurale dominée par l’agriculture.